Commandez vos médicaments et vos produits de santé.

Mon Compte
Email

Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Je souhaite m'inscrire

Achat : Votre panier est vide
Réservation : Votre panier est vide
Dernières actualités

Vous êtes dans :

  • Accueil
  • Actualités Santé
  • Prévention

Prévention

Semaine nationale de prévention du diabète - 2 au 9 juin 2017

Fédération Française des Diabétiques

 

Semaine nationale de prévention du diabète

Du vendredi 2 au vendredi 9 juin 2017

Cette semaine de prévention est un temps fort qui mobilise toutes les forces : grand public, acteurs de santé et institutionnels.

La campagne de l’édition 2017 a pour thématique l’équilibre.

 


Faites le test


LE DIABÈTE SE CARACTÉRISE PAR UN TAUX DE SUCRE TROP ÉLEVÉ DANS LE SANG : UNE HYPERGLYCÉMIE LIÉE À UN MAUVAIS FONCTIONNEMENT DU PANCRÉAS.


Non dépisté ou mal contrôlé, le diabète détériore le fonctionnement des organes vitaux et entraîne de graves problèmes de santé : cécité, insuffisance rénale, maladies cardio-vasculaires ou amputation.

Le sucre corrode les parois des vaisseaux sanguins qui nourrissent tous les tissus en oxygène et en éléments nutritifs. Sans prise en charge, les conséquences du diabète participent à diminuer l’espérance de vie.

Aujourd’hui 4 millions de Français en sont atteints.

 

 

La Trousse d'urgence

 

Pour les vacances, pour les week-ends, en cas d'activités en extérieur, il est toujours plus prudent d'avoir sur soi une trousse d'urgence.

Vous partez en randonnée, vous faites une excursion à vélo, vous passez une journée sur une île, n'oubliez pas quand vous êtes un peu éloigné d'une zone habitée de prendre sur vous de quoi faire face à tout problème sanitaire. N'oubliez pas non plu votre téléphone portable ou prévenez une personne de votre destination.

Pour constituer cette petite trousse d'urgence, voici quelques conseils et n'hésitez pas à et consulter votre pharmacien.

 

A prendre

Une crème solaire.

Un produit antimoustiques. Utilisez un produit qui repousse les insectes, en particulier pour les enfants.

Un antiseptique pour les petites plaies. En évitant ceux qui piquent sinon vous aurez des réclamations. L'hexamidine, la chlorhexidine ou une solution de Dakin sont très bien.

Des pansements individuels. De toutes les tailles et propres dans un emballage individuel.

Pour les personnes allergiques au venin d'hyménoptères (guêpes, abeilles, frelons), n'oubliez pas le kit d'urgence, prescrit par le médecin.

Les médicaments d'urgence des malades. Certains malades doivent impérativement emporter avec eux. Ainsi, l'aérosol contre la crise d'asthme, le collyre, l'aérosol contre le rhume des foins, les pilules contre l'angine de poitrine, le glucagon et le sucre (bonbons) pour les diabétiques, etc.

 

Votre pharmacien vous conseillera aussi sur les conditionnements de produits les plus petits.

Photo Atelier Presse Media

 

Jambes lourdes et voyage en avion

 

Le syndrome de la classe économique, décrit pour la première fois de façon anecdotique en 1954, est une maladie veineuse favorisée par les conditions particulières des vols aériens. Si sa réalité a été confirmée par plusieurs études récentes l’importance du risque d’un voyage aérien est encore mal précisée, mais doit inciter les sujets à risque à prendre des précautions adaptées.

 

Les premiers cas de thrombose veineuse profonde (TVP) des membres inférieurs dans les suites d’un voyage en avion de longue durée ont été rapportés par le Dr John Homans en 1954. Depuis, cette pathologie a hérité du nom de « syndrome de la classe économique », bien que les TPV des membres inférieurs après maintien prolongé en position assise ne soient spécifiques ni de la classe économique, ni des déplacements en avion. On évoque des cas semblables après un long voyage en autocar ou en voiture. Qu'on se rassure, il semble que ce syndrome concerne essentiellement des individus à risque.

 

Immobilisation plus dépressurisation

D'après les études qui ont été menées, il apparaît que les incidents thrombotiques (fabrication d'un caillot sanguin à l'intérieur d'une veine) surviennent durant des vols longs (plus de 6 heures), chez les passagers de classes économiques (sièges étroits, impossibilité d'étendre les jambes, couloirs peu propices aux déplacements) et chez des sujets ayant des antécédents de maladies veineuses.

Que se passe-t-il dans les veines de ces sujets ? On sait que l'immobilisation prolongée, en position assise est au moins aussi dangereuse pour les veines que la station debout. Pourquoi ? Parce que la circulation veineuse de retour se fait alors mal, car les veines se trouvent dans l'impossibilité de bien fonctionner. D'abord, elles se trouvent comprimées, par la position de la jambe, au niveau des genoux, de la hanche. Chacun sait qu'un tuyau qui fait un coude, laisse moins bien passer le liquide !

Par ailleurs, la particularité de la circulation de retour est que les veines n'ayant pas la capacité de se contracter (absence de couche musculaire), c'est la contraction des muscles du mollet et de la cuisse qui, en comprimant les veines contre les os favorise la progression du sang vers le haut. Tout le long des veines, il existe des valvules anti-reflux qui empêchent le sang de redescendre entre les contractions des muscles. Hors durant un vol prolongé, pas de contractions musculaires, donc mauvais retour veineux.

Un autre phénomène est en cause durant les voyages en avion : la dépressurisation. Il faut, en effet savoir que la pression atmosphérique à l'intérieur des cabines des avions long courrier correspond à la pression que l'on observe à 2000 mètres. Dans ces conditions, les veines ont tendance à se dilater, ce qui diminue l'efficacité des valvules anti-reflux et favorise l'œdème. La meilleure preuve est que la plupart du temps, on a du mal à remettre les chaussures à la fin du vol !

 

Bouger les jambes et porter une contention

De la connaissance des mécanismes dont on vient de parler, il découle que la première des mesures à prendre est simple : bouger. Trois à quatre fois par heures, il faut faire des mouvements de contraction des mollets et des cuisses, lever les jambes. Plusieurs fois en cours de vol, lever vous et faites un ou deux aller-retour dans les allées.

Ensuite, il est impératif de s'hydrater. L'air des cabines est chaud et sec et on se déshydrate facilement. On sait que plus le sang se concentre, plus le risque de fabriquer un caillot est grand.
L'autre mesure indispensable est de porter des chaussettes ou des bas de contention. En comprimant les veines, les bas jouent le rôle des muscles et favorisent le retour veineux.

Parlez-en à votre pharmacien avant de partir en vacances.

 

 Photo Phovoir/Atelier Presse Média

<OVplaceholder>

Commandez un produit santé


Délai de livraison sous 3 à 4 jours dans la limite des stocks disponibles