Commandez vos médicaments et vos produits de santé.

Mon Compte
Email

Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Je souhaite m'inscrire

Achat : Votre panier est vide
Réservation : Votre panier est vide
Dernières actualités

Vous êtes dans :

  • Accueil
  • Pathologies
  • L'insuffisance cardiaque

L'insuffisance cardiaque

Les troubles du rythme cardiaque

Le cœur est une pompe qui se contracte, se remplit et se vide selon un rythme très précis. Les troubles du rythme cardiaque constituent un chapitre important de la cardiologie. Ils sont fréquents, souvent bénins mais chez certains patients ils doivent être traités. Ce domaine a beaucoup évolué ces dernières années, en particulier grâce à une meilleure connaissance du fonctionnement du cœur.

 

 

Qu’est-ce que le rythme cardiaque ?

Le cœur est une pompe qui propulse le sang par une succession de contractions. Les oreillettes et les ventricules ne se contractent pas en même temps mais simultanément. D’abord les oreillettes se contractant chassent le sang vers les ventricules, puis les ventricules à leur tour poussent le sang vers les artères.

Les cycles cardiaques se succèdent à raison de 60 à 80 par minute, au repos. Il est possible de suivre les battements du cœur en prenant le pouls (au poignet par exemple). La spécificité du rythme cardiaque est son adaptabilité en fonction des besoins. Par exemple, à l’effort, le cœur peut battre à 120 ou 160 pulsations par minute.

Les contractions du cœur sont régulées par le système nerveux autonome (c’est-à-dire qu’il n’est pas commandé par la volonté, mais est régulé de façon automatique, par des structures nerveuses spécifiques). A l’intérieur du cœur, il existe un tissu de nature nerveuse, qui coordonne les contractions des oreillettes et des ventricules.

 

Quel est le contrôle nerveux du cœur ?

Les contractions synchronisées des oreillettes et du ventricule sont commandées électriquement. Le nœud sinusal (appelé aussi nœud de Keith et Flack), situé dans l’oreillette droite provoque l’activation électrique rythmique du cœur. Cette activation se propage de proche en proche, soit par contact direct entre les tissus, soit par des voies de conduction. Le nœud auriculo ventriculaire (appelé aussi nœud d’Aschoff-Tawara), situé à la jonction auriculo-ventriculaire permet le filtrage et la régulation de l’activité électrique vers les ventricules. Il est relié au faisceau de His situé dans le septum inter-ventriculaire et divisé en deux branches, pour innerver les 2 ventricules.

 

Quels sont les troubles du rythme cardiaque ?

Le rythme "normal" du cœur est le rythme sinusal. Il correspond à une activation physiologique des oreillettes, puis des ventricules, à partir du nœud sinusal. Une bradycardie est un rythme cardiaque lent (< 60 / minute), alors que la tachycardie est un rythme cardiaque rapide (> 100 / minute). Avoir une arythmie, c’est avoir un trouble du rythme. La bradyarythmie est un rythme cardiaque lent et irrégulier et bien sûr, la tachyarythmie est un rythme cardiaque rapide et irrégulier. Les extrasystoles sont des excitations auriculaires ou ventriculaires prématurées.

 

 

Quelle est l’origine des troubles du rythme cardiaque ?

Les structures qui commandent les contractions cardiaques peuvent se trouvées lésées et induire des troubles du rythme, que l’on appelle des « blocs », pour blocage. Le bloc auriculo-ventriculaire est comme son nom l’indique, un ralentissement partiel ou total de la conduction électrique entre les oreillettes et les ventricules. Le bloc de branche, droit ou gauche, complet ou incomplet est un trouble de la conduction de l’influx nerveux au niveau du ventricule. Ces troubles « conductifs » peuvent être paroxystiques et transitoires ou permanents. Il faut les connaître, car ils contre-indiquent certains médicaments comme les bêta-bloquants par exemple.

Qu’est-ce qu’une fibrillation ?

La fibrillation est caractérisée par une désynchronisation totale entre les contractions des oreillettes et des ventriculaires. La perte du synchronisme induit alors des perturbations de l’activité normale du cœur. C’est le principal trouble du rythme à craindre, car rapidement il peut conduire à l’arrêt cardiaque. On peut corriger ce trouble et resynchroniser le cœur par une décharge électrique, c’est la défibrillation. Le défibrillateur externe délivre par l'intermédiaire de deux grosses électrodes placées une décharge à la surface du thorax. La défibrillation externe doit être utilisée en extrême urgence (avant 3 minutes) en cas de fibrillation ventriculaire ou auriculaire. Chez certains patients à risque de mort subite, il peut être indiqué d’implanter un défibrillateur thoracique.

 

Comment se manifestent les troubles du rythme ?

Un trouble du rythme se manifeste généralement par l’un des trois troubles suivants : palpitation, tachycardie paroxystique ou une syncope. Les palpitations (sensation de battements cardiaques anormaux) correspondent le plus souvent à la perception d'extrasystoles (contractions de l’oreillette, non suivies de contractions du ventricule). Ces extrasystoles, si elles sont iosolées sont bénignes. Les tachycardies paroxystiques ont un début généralement brutal, avec sensation d'un "déclic" dans la poitrine. Le patient a la perception d'un cœur très rapide, régulier ou irrégulier. Les syncopes correspondent à une chute brutale du débit cardiaque et de la perfusion cérébrale. La sensation de « palpitations » précède souvent la perte de connaissance.

D'autres signes fonctionnels doivent faire suspecter un trouble du rythme. Une crise d'angine de poitrine peut être induite par une tachycardie, chez un patient coronarien. Une poussée d'insuffisance cardiaque aiguë ou un œdème pulmonaire, peut traduire une altération préexistante de la fonction ventriculaire. Une fibrillation auriculaire est souvent retrouvée comme cause d’un accident vasculaire cérébral. Mais, il s’agit là de cas peu fréquents, le plus souvent pris en main alors que le patient est déjà en milieu hospitalier.

Rassurons nous, il faut savoir que les troubles du rythme sont très souvent découverts de façon fortuite à l’occasion d’un bilan clinique. Une simple surveillance est le plus souvent suffisante.

  

 

Tracé de base, dit en D1

Le rythme sinusal est caractérisé par un rythme cardiaque régulier, normalement compris entre 60 et 80 / minute chez l'adulte au repos. Il se caractérise sur l'ECG par une succession d'ondes P (activation des oreillettes), suivie du ventriculogramme (complexe QRS). L’intervalle PR  traduit le temps de conduction auriculo-ventriculaire. L'onde T correspond à la phase de retour au repos.

 

 

Comment faire le diagnostic de trouble du rythme ?

Le diagnostic d’un trouble du rythme repose sur l’électrocardiogramme ou ECG.

L’analyse du tracé est chose complexe ; elle est réservé aux seuls médecins car elle nécessite une longue pratique. Si besoin des explorations complémentaires seront menées en milieu hospitalier : ECG endocavitaire ou oesophagien… Dans ces cas, les électrodes au lieu d’être placées sur le thorax, seront placées dans l’œsophage, voire même dans le cœur directement

Si les troubles du rythme ne sont pas observables spontanément, on pratiquera un enregistrement en continu de l’ECG sur 24 heures, c’est le Holter. Le patient est équipé d’électrodes reliées à un enregistreur attaché à sa ceinture. Il peut ainsi mener une vie normale. Les enregistrements sont ensuite analysés par le cardiologue. Il ainsi possible de faire le rapprochement entre les signes éventuellement ressentis par le patient et l’enregistrement.

 

Qu’est-ce que l’épreuve d’effort ?

L’épreuve d’effort est une technique d’usage courant. Elle permet de déclencher une arythmie, sous contrôle médicale. On installe le patient sous contrôle ECG et on lui fait faire un effort mesuré par palier (bicyclette ou marche sur tapis roulant). Cet examen fait partie du bilan normal de très nombreuses pathologies cardiaques et permet d’affiner le diagnostic d’insuffisance coronarienne. En effet, l’insuffisance coronarienne induit des signes électriques spécifiques.

<OVplaceholder>

Commandez un produit santé


Délai de livraison sous 3 à 4 jours dans la limite des stocks disponibles