Commandez vos médicaments et vos produits de santé.

Mon Compte
Email

Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Je souhaite m'inscrire

Achat : Votre panier est vide
Réservation : Votre panier est vide
Dernières actualités

Vous êtes dans :

  • Accueil
  • Pathologies
  • La constipation

La constipation

La constipation n'est pas un mal inéluctable

La constipation chronique est sans contestation, l’un des maux du siècle, du moins dans le monde occidental. On estime qu’un homme sur quatre et une femme sur deux s’en plaignent. Ont-ils raison de s’en plaindre ? Peut-on y remédier ? Pourquoi tant de sujets concernés ? Est-ce une maladie ? Quelques grands principes permettent de répondre à toutes ces questions légitimes et rassureront ceux qui en souffrent.

 

Qu’est-ce que la constipation ?

Pour les spécialistes, on ne peut parler de constipation qu’à partir du moment où l’on va moins de 3 fois par semaine à la selle, et ceci durant plusieurs semaines ou plusieurs mois. L’évacuation de l'intestin se fait avec des selles peu abondantes, généralement dures et sèches. Le premier point important est que la constipation ne doit pas être considérée comme une maladie en soi, mais seulement comme un symptôme. Donc, on ne pourra parler de constipation qu’après avoir consulté un médecin, qui éliminera une autre cause (malformation, lésion intestinale, prise de certains médicaments…), et on n’est pas constipé parce que l’on est pas allé à la selle depuis 2 jours ! La nécessité de la selle quotidienne n’existe que dans la tête des mères abusives et un peu normatives.

 

Comment les intestins fonctionnent-ils ?

Le rôle du côlon est de concentrer les matières fécales par réabsorption d'eau et de sel. Le côlon contient une flore bactérienne importante qui est responsable de fermentation bactérienne produisant les gaz intestinaux (environ 500 ml/jour). Ce sont les contractions coliques qui font progresser les matières et les acheminent vers le rectum.

 

Quels sont les mécanismes de la constipation ?

Les causes de la constipation sont de trois ordres.

Alimentaires d’abord. La nourriture moderne n’est pas assez riche en fibres alimentaires (fruits et légumes frais). Le bol alimentaire ne retient donc pas suffisamment d’eau et devient trop réduit en volume, d’où des selles dures.

Musculaire ensuite. La sédentarité provoque une déficience de la musculature abdominale, laquelle en se contractant (comme durant la marche) stimule le transit intestinal. On ne le répétera jamais assez la marche est bonne pour tout : elle diminue le taux de sucre et de graisses dans le sang et protège le cœur, elle favorise le retour veineux et soulage les douleurs des jambes, elle évite la constipation.

Le rythme de vie, enfin. Les horaires de plus en plus contraignants, le rythme du travail, le stress n’aident pas au respect des nécessités physiologiques de l’intestin, au besoin d’aller à la selle. Le réflexe d’exonération disparaît peu à peu.

 

Pourquoi est-ce une maladie féminine ?

D’abord, les femmes ne sont pas les seules concernées, les hommes aussi. Mais il est vrai que la proportion de femmes est double de celle des hommes. La raison en est vraisemblablement hormonale.

En effet, la diminution des contractions intestinales dues aux modifications hormonales et la compression de l’utérus par le côlon contribuent au ralentissement du transit durant la grossesse.

En dehors de la grossesse, le climat hormonal prédispose, également à la constipation. La population des personnes âgées est la plus concernée par la constipation. Les personnes âgées additionnent toutes les conditions favorisant la constipation : sédentarité, alimentation réduite…

 

La constipation démarre-t-elle dans la tête ?

A considérer certains sujets constipés, c’est certain. Encore qu’il ne faille pas en faire une maladie « psychiatrique », tout juste un état d’obsession qui pourrit la vie. Le véritable risque chez ces personnes c’est l’abus de laxatifs dont elles se rendent coupables.

Voulant à tout prix obtenir une selle par jour, elles utilisent les laxatifs durant plusieurs années, installant un véritable cercle vicieux : plus on utilise de laxatifs, plus l’intestin devient paresseux, plus il faut augmenter les doses. Dans ce cas le traitement est simple.

D’abord, arrêter les laxatifs. Ensuite, faire comprendre au sujet que son état est banal et qu’il n’est pas nécessaire d’aller à la selle tous les jours. Mais, il n’est pas toujours facile de lutter contre des années d’habitudes et une longue éducation.

 

Quels traitements prendre pour les situations difficiles ?

La première chose à savoir, c’est que tout traitement médicamenteux de la constipation doit être de courte durée, même pour les produits délivrés sans ordonnance.

Les spécialistes déconseillent formellement les laxatifs irritants car ils irritent la paroi et augmentent les contractions du tube digestif.

Les laxatifs à recommander se divisent en trois groupes/

- laxatifs osmotiques permettent de ramollir le bol fécal en "attirant" de l’eau vers les selles,

- laxatifs émollients comme l’huile de paraffine, qui ramollissent les selles et lubrifient le contenu colique,

- laxatifs stimulants agissent sur la musculature de l’intestin.

Votre pharmacien saura vous conseiller le laxatif le mieux adapté à votre cas.

 

 

 

Quels aliments à éviter ?

Il faut manger équilibré, c'est-à-dire réduire certains aliments qui sont trop abondants dans l’alimentation moderne.

Réduire

- les plats riches en graisse ou épicés

- les féculents et les farineux (pommes de terre, riz…)

En cas de ballonnements douloureux, il faut éviter les aliments qui ont tendance à fermenter comme les haricots blancs, les choux ou les lentilles.

 

D’abord, une bonne hygiène de vie

Arrêter définitivement la prise de tout laxatif irritant et des lavements pour l'intestin.

Réapprendre à aller à la selle en choisissant l’horaire qui convient le mieux et en le respectant, scrupuleusement tous les jours. De même, dès qu’une envie spontanée d'aller à la selle se manifeste, respectez là au moment où elle se manifeste.

Bougez, marchez, ayez une activité physique quotidienne. En un mot, privilégiez la marche, à la voiture ou à l’ascenseur.

 

Que manger ?

Une bonne alimentation pour éviter la constipation c’est un apport abondant en fibres alimentaires et 2 litres d’eau ou de jus de fruits par jour.

Les aliments à privilégier :

Produits céréaliers : riz complet, nouilles complètes, pain complet

Fruits : cerise, figue, groseille, agrumes, pêche, pomme, prune, pruneau, raisin… (plus particulièrement le matin à jeun)

Légumes : aubergines, tomates, bettes, carottes, céleris, choux, épinards, salades en général, poireaux…

Une mention spéciale pour le miel en remplacement du sucre blanc, car le miel est légèrement laxatif de façon naturelle.

 

 

 

<OVplaceholder>

Commandez un produit santé


Délai de livraison sous 3 à 4 jours dans la limite des stocks disponibles