Commandez vos médicaments et vos produits de santé.

Mon Compte
Email

Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Je souhaite m'inscrire

Achat : Votre panier est vide
Réservation : Votre panier est vide
Dernières actualités

Vous êtes dans :

  • Accueil
  • Pathologies
  • Les diarrhées

Les diarrhées

Les troubles gastro-intestinaux aigues

Le système digestif est une énorme machine qui absorbe sans broncher toutes les variations de notre régime alimentaire. Parfois, il nous procure cependant quelques misères d’apparition brutale : douleurs, brûlures, diarrhées… Généralement sans gravité, ces symptômes sont la manifestation que « quelque chose ne passe pas ». Dans l’immense majorité des cas, tout va rentrer dans l’ordre en quelques heures, au besoin  avec un traitement simple que saura vous conseiller votre pharmacien.

 

« Docteur, j’ai mal et ça gargouille partout »

Des nausées aux spasmes, de la diarrhée aux vomissements, des brûlures à la constipation, la caractéristique essentielle des troubles digestifs est leur très grande diversité d’expression. Avant de consulter un médecin, il est important de savoir définir ses symptômes et d’en distinguer l’origine, car un traitement simple en vient à bout dans la plupart des cas.

Pour s’y retrouver, il faut d’abord distinguer les troubles chroniques (troubles apparaissant par période, depuis un certain temps) et les troubles aigus, de survenue récente. Pour les premiers, il est conseillé d’en parler à son médecin traitant qui conseillera les examens nécessaires et prescrira le traitement approprié. Quant aux troubles gastro-intestinaux aigus, il faut savoir en définir l’origine : gastrique ou intestinale.

Pour désigner un trouble de survenue brutale au niveau de l’estomac, la dyspepsie (digestion difficile) est le terme consacré par les médecins. Quand le trouble est plutôt d’origine intestinal (diarrhée, douleurs), on parle alors de gastroentérite. Les deux sont des termes génériques qui recouvrent un ensemble de maladies d’origine plus ou moins indéterminée, pour traduire un embarras digestif passager. Ce sont ces types de troubles qui nous intéresseront ici. Mais, ils peuvent être le début d’une maladie chronique. D’où l’importance de consulter s’ils persistent.

L’expression de « crise de foie », très populaire, ne correspond pas à la réalité physiologique. En effet, ce n’est pas le foie qui est en crise, mais le tube digestif. Cela ne veut pas dire que les troubles soient imaginaires, mais que la cause se situe dans les organes du tube digestif et non pas dans le foie. Les maladies du foie pouvant donner des nausées ou de la diarrhée sont des maladies différentes, chroniques (hépatite, cirrhose…) qui sortent, elles aussi, du cadre des troubles aigus.

 

La dyspepsie, ou digestion difficile

Il s’agit de sensations inconfortables (aigreurs…), voire de véritable douleurs (brûlures, spasmes…) ressenties dans la partie haute du tube digestif (estomac, œsophage), peu de temps après le repas. Le sujet peut se plaindre aussi de nausées, de vomissements, de ballonnements ou de brûlures remontant le long de l’œsophage. Le tableau peut être brutal et suffisamment spectaculaire pour alarmer le patient ou son entourage.

Ces troubles sont qualifiés de fonctionnels, c'est-à-dire qu’ils concernent le fonctionnement du tube digestif. Comme les différents examens ne montrent pas d'anomalies particulières ou de lésions pouvant expliquer ces troubles, la détermination des causes est difficile. Quand on interroge les patients dyspeptiques, on trouve généralement du stress et de l’anxiété, mais surtout des excès alimentaires récents.

Contrairement à la dyspepsie chronique, la survenue des troubles est brutale, mais elle ne dure qu’un ou deux jours, soit… le temps de digérer. Durant les jours suivants, le sujet se plaindra éventuellement de quelques nausées, de langue pâteuse, parfois de diarrhées et surtout d’une perte d’appétit, avant que tout rentre dans l’ordre.

La cause étant d’ordre alimentaire, le premier traitement est de jeûner durant 24 heures, avec une simple absorption de liquides (eau, bouillon…). Dans les jours suivants, un traitement à base d’antinauséeux aidera la digestion à se rétablir.

Si les douleurs sont importantes et si elles persistent, il ne faut pas hésiter à faire appel à son médecin. Celui-ci examinera le malade pour éliminer une éventuelle cause organique, reflux, ulcère, calcul biliaire, prise récente d’anti-inflammatoire ou un trouble d’origine cardiaque. Puis il prescrira un antispasmodique et conseillera un régime alimentaire… plus léger.

 

La gastroentérite

Le diagnostic de gastroentérite est facile devant une diarrhée aiguë. Celle-ci s’accompagne de signes généraux, comme la fièvre, ou digestifs, comme les vomissements. Elle est souvent d’origine bactérienne ou virale. La contamination est d’origine alimentaire ou générale ; les symptômes faisant alors partie d’un tableau infectieux plus large, souvent appelé « grippe intestinale ».

Chez les personnes âgées, il faut rechercher les signes de déshydratation : peau sèche, pli cutané, perte de poids ou yeux cernés.

Le traitement des diarrhées aiguës de l’adulte dépendra de la cause, avec des antibiotiques adaptés à la flore intestinale, une réhydratation et une diète de quelques jours associée à des antidiarrhéiques. La reprise de l'alimentation doit être progressive, avec du riz et de la gelée de fruits.

Il faut évidemment évoquer la « diarrhée du voyageur » ou turista. Il s’agit là aussi d’une infection alimentaire, bactérienne le plus souvent, parasitaire parfois. Il est impératif de faire attention à ce que l’on boit ou mange. La turista est, le plus souvent ,due à une imprudence. D’apparition brutale, elle se caractérise par l'émission de 5 à 10 selles liquides par jour, avec anorexie, nausées, douleurs abdominales. La guérison survient en 4 à 7 jours. Il faut boire abondamment et prendre un antiseptique intestinal, avec éventuellement un antispasmodique ou un antidiarrhéique.

 

Gastro-entérites du nourrisson

Les « gastros » du nourrisson sont spectaculaires et bien connues des mères de famille.

A leur origine, il s’agit le plus souvent d’un virus ou d’un germe banal. Elles apparaissent seules ou en accompagnement d’une infection rhinopharyngée.

Le traitement consiste à corriger les symptômes et à adapter le régime : riz, yaourt et surtout eau sucrée.

Il faut absolument éviter la déshydratation, surtout en cas de fièvre. Ne pas hésiter à peser l’enfant pour mesurer la perte d’eau.

Au-delà d’une perte de plus de 10 % du poids, l’hospitalisation est indispensable. Dans l’immense majorité des cas tout rentre dans l’ordre en 2 ou 3 jours.

 

 

 

<OVplaceholder>

Commandez un produit santé


Délai de livraison sous 3 à 4 jours dans la limite des stocks disponibles